Randevoo -  Épisode 16
play_arrow

Randevoo - Épisode 16 این آلبوم بهادار می‌باشد

Randevoo - Épisode 16 این آلبوم بهادار می‌باشد

2 سال پیش
keyboard_arrow_down
  • share
  • code
  • play_arrow1
  • thumb_up 0
  • more_vert

کتاب عشق سه سال طول  می‌کشد 21. علامت‌های پرسشی 22. دیدار مجدد   اینستاگرام راندوو   21. Points d’interrogation Quand je rencontre un ami dans la rue, cela donne de plus en plus souvent ceci : — Tiens ! Salut, ça va ? — Non, et toi ? — Non plus. — Bon alors, à bientôt. — Salut. Ou c’est un copain qui me raconte une blague :  — Tu connais la différence entre l’amour et l’herpès ? — … — Allez… Cherche… Tu devines pas ? — … — C’est pourtant facile : l’herpès dure toute la vie. — … Je ne ris pas. Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle là-dedans. J’ai dû perdre mon sens de l’humour en cours de route. Il est assez exaspérant de s’apercevoir que l’on a les mêmes interrogations que tout le monde. C’est une leçon de modestie. Ai-je raison de quitter quelqu’un qui m’aime ? Suis-je une ordure ? À quoi sert la mort ? Vais-je faire les mêmes conneries que mes parents ? Peut-on être heureux et, si oui, à quelle heure ? Est-il possible de tomber amoureux sans que cela finisse dans le sang, le sperme et les larmes ? Ne pourrais-je pas gagner beaucoup plus d’argent en travaillant beaucoup moins ? Quelle marque de lunettes de soleil faut-il porter à Formentera ? Après quelques semaines de scrupules et de tortures, j’en vins à la conclusion suivante : si votre femme est en train de devenir une amie, il est temps de proposer à une amie de devenir votre femme.   22. Retrouvailles La deuxième fois que j’ai vu Alice, c’était à un anniversaire quelconque dont la description nous ferait perdre du temps. Grosso modo, une amie d’Anne venait de vieillir d’un an et trouvait utile de célébrer l’événement. Quand j’ai reconnu la silhouette souple d’Alice (sa peau fragile bien qu’élastique), j’étais en train de servir une coupe de Champagne à Anne. J’ai continué de remplir sa coupe un peu plus haut que le bord, inondant la nappe. Alice trinquait avec son mari. Mon visage a viré au grenat. J’ai avalé mon whisky cul sec. J’ai été obligé de regarder mes pieds pour parvenir à marcher sans trébucher. Cela m’a permis de cacher mon rougissement derrière mes cheveux. Fuyant mon épouse, je me suis rué aux chiottes pour vérifier ma coiffure, mon rasage, enlever mes lunettes, épousseter les pellicules sur mes épaules, arracher un poil qui dépassait de ma narine gauche. Que faire ? Ignorer Alice ? Pour draguer les jolies filles il ne faut pas leur parler, faire comme si elles n’existaient pas. Mais si elle s’en allait ? Ne plus revoir Alice m’était déjà un supplice. Il fallait donc lui parler sans lui parler. Je suis revenu dans le salon, pour repasser devant Alice en faisant semblant de ne pas la voir. — Marc ! Tu ne me dis plus bonjour ? — Oh ! Alice ! ça alors ! Excuse-moi, je ne t’avais pas reconnue ! Je» suis… content… de… te… revoir… — Moi aussi ! Tu vas bien ? Elle était mondaine, indifférente et cauchemardesque, le regard ailleurs. — Tu te souviens d’Antoine, mon mari ? Poignée de mains congelée. — Tu ne nous présentes pas ta femme ? — Ben… Elle est partie dans la cuisine pour planter les bougies sur le gâteau… Pile comme je finissais ma phrase, les lumières s’éteignirent, les joyeux anniversaires furent entonnés, et Alice disparut dans l’adversité.  Je la vis prendre la main d’Antoine et ils s’éloignèrent comme sur un tapis roulant, tandis que la maîtresse de maison riait de son vieillissement, sous les applaudissements de copines de la même classe d’âge. Vous qui me lisez, vous avez sûrement vu à la télévision des implosions d’immeubles : vous savez, quand on détruit des HLM à la dynamite. Après quelques secondes de compte à rebours, on voit l’immeuble vaciller, puis s’écrouler sur lui-même comme un mille-feuille, dans un nuage de poussière et de gravats. C’est exactement à quoi ressemblait mon âme. Alice et Antoine marchaient vers la sortie. Il fallait faire quelque chose. Je revois toute la scène au ralenti comme si c’était hier. Je les ai suivis jusqu’au vestiaire. Là, pendant qu’Antoine fouillait parmi les cintres encombrés, Alice a tourné vers moi ses yeux noirs qui débordaient. J’ai chuchoté : — Ce n’est pas possible, Alice, ce n’est pas toi… Il ne s’est rien passé, le mois dernier, à Guéthary ? Et ma ferme à autruches, qu’est-ce que je vais en faire ? Son visage s’est adouci. En baissant les yeux, tout doucement, à voix basse – tellement basse que je me suis demandé si je n’avais pas rêvé – elle laissa juste tomber ces deux mots en me frôlant discrètement la main, avant de disparaître avec son mari : — J’ai peur… Mon destin était scellé. Anne avait beau me demander : « Mais qui est cette fille ? », l’immeuble se reconstruisait, en accéléré. On rembobinait la vidéo de son implosion. Plusieurs fanfares en célébraient l’inauguration. C’était le bal du 14 juillet, avec lampions et cotillons ! Discours du maire de Parly 2 ! Reportage en direct sur France 3 Ile-de-France ! La foule se suicide de joie ! Pan ! Pan ! Le bal popu se tue de liesse ! Mort collective ! La Guyane en fête ! Le rallye du Temple Solaire ! On crevait en s’esclaffant de félicité ! La folie, putain de bordel !   Les plus belles fêtes sont celles qui ont lieu à l’intérieur de nous.

: -
…